Et de un !

Le déguisement de l’aînée est terminé. Reste à attaquer celui de la cadette, en espérant que ce sera plus facile.

Je voulais une robe avec un plastron en pointe. Plutôt que d’adapter le patron cent fois éprouvé des Contes de fées intemporels, j’ai cru gagner du temps en décalquant le patron d’un livre de déguisements pour enfants des éditions Marie-Claire : l’amie Sophie qui me l’avait prêté avait griffonné dans la marge « taille grand ». C’était un euphémisme. L’idée m’a prise de faire essayer le haut à ma fille (taille 10 ans pour mon grand modèle qui aura dix ans en janvier), elle flottait désespérément : décolleté vertigineux, taille montgolfière, ce dont je me doutais étant donné l’absence de fermeture éclair au dos. Quand un livre de patrons omet de photographier le modèle de dos, il faut se méfier ! Bref, j’ai rendu au décolleté sa décence à l’aide d’un morceau de dentelle puis j’ai bandé les yeux de ma grande le temps de rectifier les découpes princesse du devant et de creuser des pinces dans le dos. C’est du sur-mesure, de la haute couture ! Comble de snobisme, j’ai doublé le corsage avec un tissu baroque rutilant … mais d’une extrême fragilité.

Quant à la la large basque, je l’ai dessinée au petit bonheur la chance en fonction du métrage de tissu dont je disposais. Je voulais une immense traîne. J’ai cru ne jamais trouver de doublure assez grande mais encore une fois, Emmaüs m’a sauvée même si la nappe bordeaux dégotée en dernière minute s’est avérée horrible à coudre car pour le moins élastique.

Pour éviter d’alourdir la robe, j’ai cousu un jupon séparé, taille haute dont la coulisse élastiquée sera cachée devant et dos par la pointe du corsage… et qui pourra donc servir à d’autres déguisements et superpositions. L’épaisseur de tissu à la taille donnera un peu de bouffant à la jupe et il faudra se contenter de cela car je n’ai pas le temps de coudre de paniers ou de crinoline. J’ai crié victoire quand j’ai dégoté un rideau blanc cassé satiné chez Emmaüs la semaine dernière et me suis contentée de le couper en deux rectangles. Couture anglaise toutefois pour éviter que le tissu ne s’effiloche. J’ai manqué de courage et ai cousu l’ourlet à la machine mais j’ai astucieusement (n’est-il pas ?) caché la couture avec un morceau de dentelle (encore une trouvaille Emmaüs récente, quelle veine !).

robe irène jupon détailrobe irène jupons détailrobe irène juponrobe irène traînerobe irène par terre avec juponrobe irène masque 2robe irène par terre avec jupon 2robe irène suspendue plafond 2robe irène doublurerobe irène doublure buste dosrobe irène poignet doublure

Si je suis sûre que cette robe plaira à ma grande – d’autant que j’ai dégoté chez Emmaüs des boucles d’oreille à clips et un collier de perles plus bling bling tu meurs-, pour autant, j’ai comme un regret d’avoir gâché la marchandise : le tissu principal (encore un rideau trouvé dans une braderie début décembre) aurait été merveilleux en toute simplicité, sans toute la quincaillerie et les dentelles que j’ai ajoutées pour épater la galerie. En le travaillant, je rêvais davantage d’une robe victorienne, dans le genre campagne anglaise chic mais simple. Mais que voulez-vous, les lutins du Père Noël ont un cahier des charges à remplir.

robe irène plastron 2robe irène gros plan avec jupon

De loin, le vêtement le plus gourmand en tissu que j’aie jamais cousu ! Pas moins de trois rideaux sans compter la nappe pour doubler la surjupe et la doublure du corsage.

Publicités

6 réflexions sur “Et de un !

  1. Quel travail et quelle beauté, vos filles sont gâtées. Très impressionnant et tout ça avec de la récup Emmaüs. De quoi fabriquer des souvenirs enchantés . J’adore votre blog et suis vraiment très admirative de votre coup de patte . Bon noël . Frédérique

    J'aime

  2. Waouh!! Bravo, la robe est sublime ! Comme Frédérique je suis admirative du coup de patte, du coup d’oeil et de l’imagination.. si je montre ca à mes filles – meme age- elles vont me demander la même, c’est sur!!! Le temps et la rapidite me manquent pour combler mes envies…
    Bravo encore et merci des multiples partages a travers vos articles que je me regale de lire…
    Agnès

    J'aime

  3. Hoooooooooo quelle merveille! quel travail magnifique; c’est une robe de rêve, une véritable robe de princesse. Si j’avais une baguette magique, je me changerai en petite fille et je viendrai tout de suite toquer chez toi ;-°)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s