Et de deux !

Après la robe précédente, j’atteins l’épure avec ce déguisement-là.

Quand on est la cadette, il faut se démarquer. La soeur aînée commande une robe ancien régime lardée de pierreries, alors va pour un uniforme militaire de type napoléonien plus-masculin-tu-meurs, « avec des épaulettes maman, des épaulettes! ». On se construit contre paraît-il : naître dans une famille antimilitariste signifie-t-il alors qu’on briguera Saint-Cyr ou Polytechnique plus tard ? J’ai dû télécharger la Marseillaise sur son lecteur MP3 il y a peu… Je tente de me rassurer en me disant que, au moins, nous échappons aux clichés « genrés ». Petit pied-de-nez gentillet, j’ai cousu sur le plastron un gros bouton doré représentant une belle enjuponnée sur son escarpolette.

uniforme poignetuniforme embrasseuniforme boutons épaulette 2uniforme boutons épaulette 3uniforme face ouvertuniforme faceuniforme de dos

C’est quand je couds des déguisements que mes années de chine compulsive prennent tout leur sens. Tu veux un uniforme militaire, ma belette ? Et que je te dégote dans mon capharnaüm un dessus-de-lit vieil or à franges pour les épaulettes, un rideau bleu satiné et un autre rouge vif. Tout est bon dans le rideau : de l’embrasse à pompons, à la frange galonnée (ça se dit?). Afin de donner un peu de raideur martiale à ce déguisement, j’ai abusé de la triplure thermocollante pour rigidifier les poignets, le col, le plastron, et surtout les épaulettes (rembourrées avec de la ouate).

Mais si rassembler les fournitures de seconde main est un jeu d’enfants, concevoir le patron est un peu plus difficile, surtout quand on manque cruellement de temps et que la couture prend des allures de 100 mètres haie. Je suis partie d’un patron de veste évasée taille 10 ans mais n’ai conservé que l’emmanchure : j’ai cintré les côtés, cousu des pinces (trop écartées!) dans le dos. Quant au col, c’est là que le bât blesse : j’ai eu beau redessiner l’encolure pour qu’elle soit militaire en diable, autrement dit ras-le-cou, un coup de ciseau malencontreux en a décidé autrement et le col s’est retrouvé trop large, d’où le pli de fortune que vous apercevez sur les côtés. Il s’en faut de peu qu’on ne croie à un col claudine pour bas-bleu. Comme l’affaire prenait le chemin du plantage pathétique, j’ai cousu la doublure à la hâte sans parementure et je n’en suis pas fière. Ne me reste plus qu’à espérer que ma fille ne sera pas trop exigeante : après tout, si les épaulettes ont déjà la frange rebelle (certains dessus de lit on la bordure plus bouclée que d’autres), ce n’est qu’un déguisement destiné à être roulé en boule rapidement… et qui promet malgré tout quelques délicieux anachronismes quand les deux filles se déguiseront de conserve.

 

Publicités

7 réflexions sur “Et de deux !

  1. ouahou , quelle allure …. de la prestance corne de bouc …les filles sont gâtées et les déguisements vont laisser des traces dans l’imaginaire , bravo à vous pour ce talent .
    frédérique

    J'aime

  2. Tu es trop forte. Bravo, tes déguisements sont dignes des costumes de l’opéra ou de la comédie française. Tes filles vont avoir les yeux qui pétillent en découvrant ces merveilles. Je craque complètement pour ces épaulettes (alors que sur les vêtements du commerce, je passe mon temps à les découdre ). Joyeuses fêtes de fin d’année à toi et ta famille.

    J'aime

  3. Vraiment c’est magnifique.
    Vous m’inspirez beaucoup mais, outre le manque de temps, mon niveau de couture exige que je me repose sur un patron. Vous avez vraiment du talent !
    Vos filles souhaitent elles apprendre à coudre ?
    Passez un bon et joyeux Noël

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s