essayage matitudinal

manteau-irene-chaisemanteau-irene-chaise-dosmanteau-irene-capuche-2manteau-irene-capuche-3manteau-irene-haut-fermeturemanteau-irene-fermeturemanteau-irene-fermeture-manchemanteau-irene-parementuremanteau-irene-pochemanteaux-canevas-de-dos-2manteaux-canevas-de-dos

La salve de manteaux cousue l’an dernier pour les filles (ici, et ) m’avait convaincue, les filles les ayant portés tout l’hiver : le modèle de la « parka windydays » du numéro d’Ottobre 1/2013 est vraiment pensé pour enfants. Ce n’est pas un manteau à vocation essentiellement décorative mais un manteau fonctionnel et confortable. En général, je ne suis pas emballée par les choix de tissus des magazines Ottobre, par leur esthétique un tantinet à fond la forme, mais, il faut bien le reconnaître, ils remportent haut la main la palme du vêtement pour gamins qui grimpent aux arbres, sautillent sans cesse, piquent un sprint pour un oui pour un non, font le grand écart, s’assoient par terre, ma définition du gamin en quelque sorte, fût-il garçon ou fille. En l’occurrence, pour ce modèle précis : capuche qui tient bien en place et évite de s’encombrer d’un bonnet, col remontant …qui évite de s’encombrer d’une écharpe, protection sous la fermeture éclair qui protège le menton… Pensé initialement comme un coupe-vent davantage que comme un manteau chaud, ce modèle supporte parfaitement le choix d’un lainage.

Taille 140 cette fois pour mon aînée qui aura 9 ans en janvier. J’ai supprimé les poches plaquées sur la poitrine dont les filles ne se servaient pas et derechef opté pour des poches prises dans la couture latérale et garnies de polaire très douce.

Lainages, cotonnade et canevas Emmaüs comme il se doit. Je n’ai pas réussi à combiner plusieurs canevas (l’harmonie du dépareillé, un équilibre pas si évident, j’en ai déjà parlé sur mon précédent blog), j’ai donc dû me limiter à la capuche et je me suis amusée comme l’an dernier à dessiner un patchwork sur le bord de la capuche. J’ai dû panacher deux polaires différentes car le plaid vert menthe de l’an dernier était bien entamé.

Dernières précisions techniques :

  1. Je n’ai pas osé couper la parementure des devants en lainage de peur que ma vieille Brother ne cale face aux épaisseurs : j’ai par conséquent entoilé un coton.
  2. J’ai entoilé la sous-patte de la fermeture éclair.
  3. Je passe les canevas en machine avant de les coudre : ils perdent leur apprêt et gagnent en souplesse, c’est préférable pour un vêtement …et ça sent meilleur.
  4. Le plus délicat dans les manteaux en lainage lorsqu’ils sont doublés avec une moumoute fuyante, c’est de réussir l’ourlet du bas : je déteste les manteaux qui forment des boudins disgracieux : j’aime que les ourlets soient nets et que le panneau tombe sans vagues. Cela réclame de prendre son temps : je place le manteau sur cintre, et, lentement, minutieusement, je forme mon ourlet à l’aide d’aiguilles que je retire et replace jusqu’à obtenir satisfaction. Je viens de constater sur la photo du manteau de dos un détail qui m’avait échappé : on aperçoit quelques points dans le lainage : il va falloir que je reprenne l’ourlet en évitant d’attraper le lainage extérieur. Zut !
  5. Pour finir, l’idée de coudre soi-même les vêtements des filles est pour moi évidemment un plaisir mais c’est aussi un rapport particulier à la consommation et un souci de faire des économies : dans cette idée-là, je refuse le pressing et je peux vous assurer que les manteaux de l’an dernier sont passés à la machine : le manteau gris aux cygnes en sort justement et les photos prouvent assez qu’il n’a pas bougé. La cadette est ravie d’hériter de l’ancien manteau de sa soeur.

Davantage de photos du manteau porté quand il sera de saison et quand ma fille acceptera de bonne grâce de jouer les mannequins, ce qui n’est pas gagné !

Pour finir, je suis désolée de répondre si nonchalamment, si épisodiquement aux messages que je reçois : depuis septembre et pour de nombreux mois encore, j’ai très peu de temps à consacrer à la couture, au blog et à la navigation sur internet, alors ne m’en veuillez pas et que cela ne vous empêche pas de me laisser des messages : les chiffres de fréquentation du blog ont beau être inversement proportionnels au nombre des commentaires, les petits mots font toujours plaisir !

13 réflexions sur “essayage matitudinal

  1. On peut dire que toi n’es pas tombée dans la marmite du consumérisme et de la moutonnerie, et c’est bien pour ça, entre autre, que j’aime flâner par ici : )
    Encore une bien belle composition que ce manteau patchwork !

    J'aime

  2. Chaque fois que je lis tes messages, je me dis qu’il faut absolument que j’aille faire un tour chez Emmaüs ! pour y trouver ces tissus ou canevas qui font toute l’originalité de tes créations. Cela m’inspire …

    J'aime

  3. super joli et très très réussi!! jamais j’aurais pensé à utiliser des canavas de cette manière, c’est vraiment très beau! merci pour les précisions techniques; j’ai justement des canavas récupérés de ma mamy que je voulais transformer en coussin; du coup je vais peut-être également les passer à la machine (programme laine je suppose?) avant de les coudre pour être certaine qu’ils ne bougent pas…

    J'aime

  4. J’avais déjà totalement craqué sur le manteau canevas de l’année dernière, si bien que j’ai zieuté cette année pour chiner des canevas pour un manteau pour ma fille (désolée, je suis peu inventive….), mais rien trouvé de concluant. Du coup ma fille n’a toujours pas de manteau. Hahaha (en vrai ceux de l’année dernière lui vont encore)
    Et la récidive me rend encore plus frustrée !
    Tes filles ont bien de la chance.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s